Mais pour Halloween, nous avons remplacé la douceur par la peur

Peur,
Je dis : peur.
Je dis : peur des ombres.
Quand la lumière éclaire ma solitude
Et que je perds tout petit à petit
Comme la gentillesse.
Car on enferme dans le monde
Et tout vide nous effraie.
Je dis : peur
Pensant aussi
Au fil de la vie qui se coupe,
Au froid qui glace et au vent qui nous emporte,
Au temps qui passe et qui repasse.
Je dis : peur, pensant à celui qui détient les clefs
De mon cerveau affolé.
Le temps de la peur venant pour tout de bon,
Ce poison tout noir
Qui pour durer s’installera.

Pavillon de la Chaussée, MAS de Gouvieux